Le Blog des GlobalCooKoeurs


Le Cambodge : à la khmer !

LE MEKONG : étant pressé par le temps (visa du Vietnam), il nous fallait une solution rapide et efficace pour traverser le Mékong. Oh pauvre de nous ! bah oui, profiter du Mékong en un jour, il ne fallait pas y penser. Nous nous retournons vite vers une agence  pour résoudre la solution et paf : un prix correct mais une expérience à peine à la hauteur ! Nous le savions qu'il était possible de le faire façon plus "locale" mais cela demandait du temps. En version touristique, cela donne (attention roulement de tambour) : voir la fin du marché à 11H quand tout le monde a plié bagage, visiter une ferme à croco après 3h de bus, des retards, une organisation digne d'un centre aéré (et encore), un repas qui aurait pu être sympas mais chronométré, nuit dans un hôtel (limite de passe), bref une expérience non aboutie et inoubliable (dans le mauvais sens du terme). Je vous invite donc à vous renseigner bien à l'avance pour profiter de cet endroit et de ce passage de frontière.

PHNOM PENH : une capitale sympas mais moins de charme que sa voisine Hanoi. Tenue correcte exigée pour le palais royale (12 euros l'entrée), mais les autres monuments sont tout aussi intéressants comme le war Phnom, le marché de nuit vaut aussi le détour.

SIHANOUKVILLE : une pause touristique au bord de l'eau. Impossible de sortir de la gare sans prendre un tuktuk (et depuis l'Inde, ils ne nous avaient pas manqué : le tuktuk est pire que le taxi parisien). Mieux vaut s'arranger avec d'autre touriste pour partager le prix, au risque de payer 12 euros le tuktuk pour faire 6 pauvres km. Le prix version local c'est 3km pour un euro. "Otres 2" est pas mal, moins touristique et plus "authentique" (si je peux dire puisque Sihanouk c'est pauvre comme vous pourrez le constater sur le route). Les cabanes à 10 euros et l'eau à 30° sont intéressants pour quelques jours. Attention aux crevettes sur la plage ! (3 jours malade même avec un estomac en béton).

KRATIE : un hôtel et une belle action "le Tonlé" ! la ville n'est pas folle mais cela permet de se rendre sur l'île en face : Koh Trong. L'hôtel "le Tonlé" a été créé par des suisses dans le but de créer de l'emploi, former les jeunes à l'hôtellerie en ouvrant un restaurant et un hôtel (service très classe, un bon resto et des petits prix) et de reverser une partie à l'asso pour les locaux. Vous pouvez y louer des vélos et réserver une homestay sur l'île par la suite.  En deux heures, vous pouvez faire le tour de l'île mais y passer la nuit vaut le détour. Mieux vaut louer les vélos en arrivant sur l'île. Parce que si vous louez les vélos sur Kratie, et que vous êtes chargés comme nous, je vous explique pas la galère pour descendre les marches avec le combo gagnant (vélos-sacs), monter sur le bateau, en descendre et pédaler le km à l'arrivée dans le sable (une Belle épopée). L'île est magique : des "hello" à chaque pagode, de beaux paysages, des temples et une vie tranquille vous attendent. Le temps s'y est arrêté !

KAMPONG CHAM : découverte à pied du "Bamboo bridge"
1km de pont en bambou est construit chaque année pour relier l'île à la ville lorsque le Mékong est au plus bas. Nous n'en sommes toujours pas revenus de pouvoir marcher sur ce pont, où les scooters, les piétons, les voitures, les camions et les chevaux se croisent. Il y a même des bouchons parfois lorsqu'il y a forte influence. Un hôtel et le seul de l'île est tenu par des français, vous pourrez y dormir en hamac pour deux euros par personne (et on y dort très bien). Max est un excellent cuisinier, les pâtes thaï c'est sa spécialité. L'île est immense, les vélos sont nécessaires et permettent de sillonner les chemins entre les pagodes. Elle est Belle et vivante cette île, on vous le dit ! www.mekongbamboohut.overblog.com

SIEM REAP : une pause culture et associative ! bien que sportive à la fois !
3 jours de temple en vélo, ça use, ça use ! Réveil à 4h du matin pour rejoindre les temples à 8km avec une belle grosse chaleur et une sacrée humidité. En arrivant à 6h du mat, on apprécie le levé de soleil sur les temples d'Angkor wat (bon plan : se mettre à l'arrière du monument, Ya "dégun" et on appréciera les couleurs de la pierre sans chinois). Question logement, le "garden village" propose des chambres à 8 euros et avec piscine (et après une grosse journée de temple, ça fait du bien). Le Bayon est impressionnant. Si vous souhaitez aider une association ou découvrir la vie autour des temples, je vous propose "l'école du Bayon". Les marchés sont intéressants mais vendent tous la même chose.

BATTAMBANG : Le marché offre des bons plans comme celui de nuits. mieux vaut prendre un tuktuk pour visiter la ville. Il y a de nombreuses choses à voir (cave de chauve souris, trains en bamboo ...) mais il est difficile de les trouver même avec une bonne carte. Ou si vous souhaitez le faire comme nous : louer un scooter auto qui fut un vrai gouffre en essence, chercher toute la journée, ne rien trouver, se perdre, tomber en panne d'essence au beau milieu de nul part mais découvrir la vie de cette ville. 

Le Vietnam : Coup de coeur et coup de baguette (et non fourchette)

Grande découverte ! le charme a opéré ! Tout d'abord parce que c'est authentique, ensuite parce que la nourriture est spectaculaire et enfin nous sommes tombés amoureux des vietnamiens. Un mois au Vietnam, que c'est court ! De Hanoi, en passant par le nord (avec le trek moto) jusqu'à DALAT en passant par Hue, Hoi An et Hochiminh, la magie de ce pays était bel et bien au rendez-vous.

HANOI : La plus belle des capitales lors de ce voyage. Ok, on entend déjà les "c'est horrible la circulation" etc. Mais Marseille ou Paris ce n'est pas mieux, et en scooter il suffit d'avoir une vision à 360° (humour). Le vieil Hanoi est magique et qu'est ce qu'on a bien mangé et surtout pour rien (un plat = environ un euros). Chaque plat est unique bien conçu et léger. La petite dame qui vous le prépare y met tout son amour et ceci n'a pas de prix. Les boutiques sont mignonnes et les rues désignent les produits qui y sont vendus (rue du poisson, du fer). Nous y avons découvert le café glacé, vendu dans la rue et c'est un délice : demandez un "café sua da". Achetez du café vietnamien, il est excellent et ils sont fiers de cet héritage (français). Bref, tout est un régal (évitez peut être le crabe, on est loin de la mer).
Nous avons décidé de louer une moto (sans dire que nous allions sortir de Hanoi, pour éviter de payer le double). Équipés d'un 105 cm3 (oui, on aurait préféré une 750 mais y'en a pas), pour 50 euros pour deux semaines, nous voilà partis jusqu'à la frontière chinoise. Le plan est intéressant pour le prix et pour les rencontres sur la route, mais nécessite une bonne carte et de bien vérifier les pneus du scooter ainsi que la vidange. Le semi auto est indispensable pour la conso d'essence et les bonnes montées.

TREK : Location de scooter à Hanoi, nous sortons tant bien que mal du bordel de la ville et en route pour 1 500 km ! Le but : aller jusqu'à la frontière chinoise en passant par Sapa, pour revenir sur Hanoi et Halong baie. On enchaîne de 100 à 150 km par jour de 9h à 17h. Les fesses en prennent un sacré coup. Mai Chau, un beau petit village mais "vernis". On tombe sur une lodge très sympas, mais on découvre que tout se ressemble dans le village au milieu de rizières : mêmes habitations, mêmes prix et mêmes souvenirs vendus. Le village a été créé de toutes pièce pour attirer les touristes. Son La, grande ville qui manque de charme, nous décidons d'avancer et de rejoindre Thun Mai (petit mais sympas). Muang lai (ancien nom d'une ville à 100km), ce qui nous a perdu ! nous sommes donc passés devant mais toutes les personnes rencontrées nous ont dit de continuer. Une route en travaux, vraiment pas simple, Mathieu le super motard a bien géré l'affaire (les passants nous indiquaient de faire demi-tour, peur du touriste qui se ramasse au fin fond du Vietnam). 
Nous rejoignons ensuite Lai Chau avant Sapa, c'est une journée pluvieuse voire même grosses averses, on nous invite à manger et à enchaîner les bières pour éviter de reprendre la route sous les trombes d'eau. Un grand merci à ce groupe de vietnamiens pour leur accueil, mais il nous fallait impérativement arriver à Sapa. Arrivée à Sapa, après 3 crevaisons, 1 900 m de col à 40 km/h et à 5°, on prend le premier hôtel qui vient pour courir sous une douches chaude. Il faut compter 80 000 à 100 000 pour un pneu crevé. A Sapa, nous attend un marché fort sympathique (fringues et déco), les mamies sont hyper balèzes pour vous vendre quelque chose (une vente digne d'un VRP pour atlas). La route de Catcat mène à un petit village entre les montagnes où on peut trouver de l'artisanat. On reprend la route pour Bac Ha avec son immense marché pour ensuite se rendre à Yen Bai où on se perdra dans la campagne (prévoir son coup en arrivant avant 18h dans un village sinon c'est une sacrée mission pour trouver un commerçant qui vous fera à manger). Bavi est sympathique pour son histoire et ses temples, moins pour la délicatesse et l'accueil du monsieur qui gère les bungalows (unique lieu à l'intérieur du parc). Bref : un trek mythique qu'on aurait souhaité prolonger pour découvrir entièrement le Nord. Quelques conseils : apprendre quelques mots (ainsi que la prononciation) pour se faire comprendre dans les villages ou montrer des images (le plus simple mais le moins convivial) , bien vérifier la moto, ne pas prendre une automatique, faire très attention sur l'autoroute et prendre des fringues chaudes.

HALONG BAIE : Cat Bâ en avril compte peu de touriste et la route en scooter vaut le coup (passage en bateau puis une seule route à suivre pour se rendre dans le centre). De Haiphong, on prend le bateau pour Halong (400 000 D) pour une heure de traversée. Le premier hôtel en arrivant sur halong se nomme "Quang Family". Une famille super charmante vous accueille pour seulement 5 euros la nuit et les prix du restaurant sont plus que corrects. L'île est mignonne (le lonely planet trouvera ça insipide et sans charme) et vous pouvez en faire le tour avec le scooter (à louer sur place ou en venant avec le vôtre de la côte). Le fort au canon est bien pour sa vue qui surplombe l'île (prix : 80 000 à deux). Pour les excursions dans la baie, les agences proposent toutes les mêmes prix (environ 23 euros par personne avec lunch). Entre les fermes de poissons, la plage des singes, les activités ne sont pas terribles mais la baie elle vaut bien le détour. Il serait peut-être préférable de négocier un tour avec un pêcheur ou de demander à un Viêt quelque chose de plus local. D'ailleurs, de nombreuses femmes de pêcheurs vous proposeront de voir le couché du soleil dans leur barque, ce qu'on vous recommande. Si vous êtes motorisés, n'hésitez pas à visiter Tulong Baie et son port Carong qui compte beaucoup moins de touriste et des paysages tout aussi magnifiques.

HUE : la citadelle ! je n'ai pas vraiment accroché avec Hue (question de moment ou par rapport au prix, je ne sais pas). Nous avons trouvé les prix des monuments un peu trop gonflés par le tourisme (palais royal etc..).

HOI AN : milles et une lanterne ! des canaux, des lanternes et un marché enivrant, voilà ce qui représente cette ville. Bien sûr, il a des plages privées et des hôtels étoilés, mais en jouant un scooter (5 euros) perdez vous dans les petites routes de terre de la ville et le charme opèrera. Le marché vaut le détour pour y découvrir les plats locaux comme les "White roses" et le bun seo.

DALAT : les cascades ! un hôtel à vous recommander (le "Loc Binh": pour 7 euros la nuit ) tenu par une charmante dame qui parle français qui saura vous recommander les activités proposées par la ville. Évitez les cascades de Prenti et la première sur la route, qui ressemblent à de véritable parc d'attraction. Le marché de nuit vaut le coup d'oeil et de fourchette.

HOCHIMINH : la grande ville fantastique ! Beaucoup de chose à découvrir : les quartiers chics, la poste centrale, le monument de la réunification, les marchés. Bref une grande ville pas si effrayante, perdez vous dans les petites ruelles du centre.

Un mois qui n'a pas suffit ! le Vietnam un coup de coeur et une Belle expérience culinaire, nous reviendrons ! 

Le Népal : sur la route des sommets !

Ah le Népal ! ça fait rêver ! et bien oui c'est une destination de choix et on ne le regrette absolument pas. Entre la rencontre d'une superbe association, le trek et des paysages à couper le souffle, ce fut une belle expérience.

KATMANDOU : la route depuis sounoli en bus est longue mais vaut vraiment le détour, surtout si vous arrivez avant le couché du soleil. 10h de bus certes, mais les vues sont superbes. Nous arrivons de nuit et grande surprise, il fait nuit noir, et il n'y a aucune lumière dans la ville. Ce que nous ne savions pas c'est qu'au Népal, l'électricité c'est pas toute la journée (le gouvernement choisit et informe la population des heures pour l'électricité). Les routes font également parties de la surprise : soit elles sont limite bétonnées soit elles ne le sont pas du tout, et attention les crevasses ou la poussière que cela dégage. Mais KTM, c'est surtout plaisant et accueillant tout en gardant son authenticité. Les népalais sont généreux. Patan et le Durban square sont (ou étaient) magnifiques.

POKARA : c'est beaucoup plus touristique, puisque c'est de là où démarre les treks. Les touristes viennent donc se ravitailler avant de partir ou se reposer au retour d'un trek. La ville reste quand même agréable avec son lac et apaisante avec la vue sur les montagnes. Il y a des restaurants et des magasins pour tous les gouts et pour tous les budgets.

TREK (annapurnas) : avant de partir, RDV pour le permis et les photos (achetez vos photos avant le centre, dans les rues moins touristiques, ça passe du simple au double) et munissez vous de 40 euros par personne. Pour le trek, nous avons choisi le plus simple par manque de temps (nous n'avions que 4 jours). L'avantage de ce trek, c'est qu'il est possible de le faire sans guide, c'est recommandé pour éviter les risques. Mais objectivement il n'y a pas de risque : achetez une bonne carte (ou en suivant les touristes). Le trek de Poonhill/Ghorepani est intéressant pour découvrir les joies du trekking et pour observer le levé du soleil sur les annapurnas le 3ème jour. Les deux premiers sont réservés à la montée. Les prix des lodges diminuent avec la montée mais ceux des repas augmentent (logique puisqu'il faut bien monter la nourriture à cheval pour vous rassasier). Côté authenticité, vous serez ravis et c'est justement ça que l'on recherche dans le trek, même si depuis quelques années les villages ont bien changé (les paysans se sont reconvertis dans le tourisme, il y a donc moins de scène de vie). Pour la montée de Ghorepani, juste avant le bouquet final, cela se passe à 4h du matin et il fait assez froid après les 2h de montée (prévoir des pulls en plus après l'effort). Si vous souhaitez profiter d'un thé en haut, ça sera 150 rps (on a vu de nombreux voyageurs équipés d'un thermos, et c'est pas mal). Le spectacle commence à 6H, c'est là où les annapurnas se révèlent. Les deux derniers jours sont plus softs. Mais inutile de dormir le dernier jour dans les lodges près de la route (vous pourrez vous reposer à Pokara car les lodges ne sont pas terribles tout comme leurs prix).

BHAKTAPUR : très charmant mais payant (15 euros par personne, rien que ça). Le mieux : trouver la rue où il n'y a pas de gardien. Cette ville est magique et authentique. Il y a peu de street food par contre. 

Testez la nuwari food chez lez locaux accompagnée d'alcool de riz, prenez un thé et savourez, vous êtes au Népal.
Nous y étions 15 jours avant le séisme, nous étions très touchés par la situation et inquiets pour Planète Enfants, l'association que nous avons soutenue et qui se trouve à Katmandou. Entre les disparus et l'architecture anéantie, c'est un pays à relever tout en gardant le sourire de sa population.

Planète Enfants au Népal : notre 2ème association soutenue !

Nous avons vécu une semaine aux côtés de l'association à Katmandou, hébergés et accueillis comme une famille. Les objectifs de l'association sont : lutter contre la traite des enfants et des femmes. Ce qui signifie pour l'association : aider les femmes à s'émanciper et aider les enfants défavorisés.

Après avoir rencontré la superbe équipe, nous leur préparons un repas (tortilla, poulet mangue/coco, purée chou-fleur et crêpes). Nous organisons pour la maternelle, des ateliers avec les mamans : crêpes et pain perdu. La dégustation avec les mamans et les enfants fut un réel plaisir : la gourmandise ça rassemble ! Nous découvrons la fabrique de sacs et de décoration d'intérieur (couvre lit et tête d'oreillers) ainsi que le travail des femmes (femmes ayant quitté la prostitution). L'équipe nous a même concocté un super repas pour clôturer cette semaine de partage (les hommes portaient leurs plus beau tablier).

Nous remercions avec beaucoup d'émotion cette équipe de choc qui oeuvre avec grande motivation et un énorme sourire. Le séisme du 24 avril a causé beaucoup de dégâts. 500 euros ont été envoyés à l'association grâce à vous chers donateurs, mais l'association a besoin d'aide. N'hésitez pas à en parler autour de vous pour continuer toutes ces actions au Népal.

Merci Planète Enfants ...

L'Inde : on fait le bilan calmement !

Nous n'avons pas la prétention de dire que nous connaissons l'Inde en seulement un mois et demi, ni de conseiller les voyageurs. L'heure est plutôt au bilan: résumer notre expérience dans ce pays. Difficile de résumer l'inde sans exposer son avis ou son ressenti ! En rencontrant les voyageurs, la phrase revient toujours à cette conclusion : "L'Inde, tu l'aimes ou tu la quittes !". La fameuse claque culturelle se fera vite sentir. L'Inde est tellement différente en fonction des régions. Mais on vous pond un rapide aperçu sur la culture :

Le pays : c'est grand, c'est si différent ! La montagne, la mer, la forêt, tout est possible en Inde. Le nord compte beaucoup de grandes villes urbaines et développées. Le sud est beaucoup plus "local". En général, de nombreuses infrastructures sont faites pour les touristes, mais les indiens méconnaissent totalement ce que le touristes souhaitent : et ils souhaitent du local ! le mieux est de s'éloigner des grandes villes pour rechercher ce que vous aimez (la nature, les villages, les scènes de vie). En général, le pays est bien desservi en transport (train, bus...). L'alcool et le tabac sont proscrits mais se vendent quand même. 

Les hommes : De nombreux articles reprennent le sujet concernant le comportement des hommes que leur femmes désapprouvent totalement. Le réclament de gorge, suivi du crachat est le plus marquant. La pollution, la poussière n'aident pas. Les indiens crachent tellement que de nombreux panneaux dans les lieux publics l'interdisent (no spitting). Les indiens sont également très curieux (se pencher sur votre PC ou regarder votre porte monnaie...). Les indiens ne sont pas voleurs, mais malins.

Les femmes : Etre une femme en Inde, ce n'est pas chose facile ! Les familles préfèrent donner naissance à des garçons, qu'ils enverront à l'école et qui ramènera de l'argent. Beaucoup de chose sont en train de changer : les femmes dans les villes portent des jeans et non le saari, et elles font désormais de hautes études. 

Les enfants : Comme au Népal, ils peuvent travailler dès le plus jeune âge. Ramenez des "school pen" leur sera utile. 

Le tourisme : Il y a beaucoup d'agence de voyage ou de transports. Attention ! De nombreuses agences de transport s'improvisent agence de voyage : l'addition peut être lourde et attendez vous à beaucoup de surprises (non réservation, mauvaise date...). Les hôtels ne sont pas exceptionnels : vous pouvez tomber sur un endroit charmant pour 5 euros ou un endroit pas très propre pour 10 euros. Attention aux grandes villes (Bombay et Delhi), beaucoup de rabatteurs y sont présents et n'attendent que vous. 

Les transports : 

train : ce sont des grands moments ! Les trains sont vieux, ils roulent à 40km/h, ne soyez pas étonné de faire 3h pour 150km ou 6h ça dépend. Ils sont bondés, n'ayez pas peur de voir une trentaine de personnes courrir pour monter dans le train. Il existe aussi des wagons réservés uniquement aux femmes. 

train sleeper : bien utile pour économiser une nuit d'hôtel et avancer ! Pas du tout confort, pas très propre. Un wagon accueille 80 personnes. Souvent, ça se dispute pour une place ou on peut s'assoir sur votre couchette à 3H du matin, parce que le train marque tous les arrêts.  Comptez beaucoup plus de retard dans le Nord. 

bus : c'est serré ! le moyen de transport le moins cher en Inde, pratique mais coûteux physiquement surtout si vous avez votre sac. Si c'est le départ du bus, vous pourrez vous assoir (attention à l'entrée, c'est réservé aux femmes et seniors) et vous verrez le bus se remplir, remplir. Si vous n'avez pas de place assise, c'est là le grand moment : ne pas se mettre au milieu ou près des sorties au risque d'être poussé. 

bus sleeper : vous réservez votre bus, vous attendez devant l'agence ! Personne n'est capable de vous dire où se trouve votre bus et s'il a du retard. Une fois le bus trouvé, les couchettes sont correctes et grandes mais attention aux virages, mieux vaut prendre les premières places. Enfin à 5h ou 6h du matin, on se fera un plaisir de vous réveiller brutalement avec des coups de klaxon, au beau milieu de nul part et on vous fera comprendre qu'il faut s'activer. 

tuktuks : ah enfin, on y vient ! On aime pas du tout les tuktuks. Pourquoi ? ils vous feront payer 4 fois le prix, ils sont menteurs et sont trop nombreux et surtout ils se répètent (you want tuktuk?). Pour obtenir le bon prix, il vous faudra négocier longtemps... En Inde, avec la chaleur, le gens n'aiment pas marcher. 

La vie en générale : les indiens se lèvent tôt et se couchent tôt ! Il y a une sorte de couvre feux à 21H30. N'hésitez pas à tester la street food : thali, massala dosa, chai ... C'est bon marché. Pour l'alcool, c'est interdit mais en fin de journée, on trouve une ou deux shops qui en vendent. Les indiens peuvent dépenser leur salaires en alcool. Il est interdit de fumer dans la rue, mais c'est toléré (car vous êtes touristes). Pour les femmes soyez discrète, c'est très mal vue une femme fumeuse ! Et les street foods ne sont pas top (pas clean au premier et deuxième abords) mais nous n'avons jamais été malades ! (la tourista c'est dans un restaurant que nous l'avons eu). 

L'Inde est sous le poids d'une forte culture et religion. La nouvelle génération peut faire bouger les choses (école, émancipation des femmes...). Nous avons apprécié ce pays même si plusieurs points peuvent sembler négatifs, c'est notre vision et c'est ce qui constitue "la claque culturelle" que nous attendions à voir en Inde. 

Présentation du projet "GlobalCooKoeurs & Les enfants à table"

Les GlobalCooKoeurs : interview par FranceBleu Provence

Un tour du monde aux saveurs de partage et de découvertes culinaires

Comme vous le savez, iStatut soutient l'action des GlobalCookoeurs. Cette association montée par Margaux et Mathieu a pour but de mélanger partage et voyage. Leur But : partir en tandem aux 4 coins du monde pendant un an, à compter du 18 Janvier 2015, afin d’aider les femmes et enfants des populations locales.

La recette gagnante des GlobalCooKoeurs ?

GlobalCookoeurs est engagée auprès de 4 associations locales, et va activement, pendant leur périple amener leur soutien :

  • Zindagi Association (Varanasi)
  • Planète Enfants (Népal)
  • L’école du Bayon (Cambodge)
  • Association Qosco Maki (Pérou)

Pourquoi une association au service de 4 autres associations ?

Une demande de dons a été ouverte auprès de la plateforme de crowdfunding KissKissBankBank :
http://www.kisskissbankbank.com/globalcookoeurs-les-enfants-a-table.
Ainsi, Globalcookoeurs cherche à récolter 2000 € qui seront reversés en intégralité à ces organisations locales qui ont toutes le même leitmotiv :
lutter contre le tourisme sexuel et le travail des enfants. Les fonds récoltés permettront de mettre en place des ateliers de cuisine sur place, mais également d’aider ces associations à financer leurs projets (alphabétisation des femmes, création de dortoirs et de cuisines, aide psychologique…).
La cerise sur le gâteau : 2 semaines de bénévolat seront prévues pour chacune d’entre elles, des reportages photos et des vidéos seront concoctés à chaque atelier et pour chaque étape du périple.

iStatut s’est intéressé au projet…

iStatut.com s’est engagé dans ce projet non seulement en participant à la collecte mais aussi en faisant part de ce beau projet à nos abonnés.
GlobalCookoeurs et les enfants à tables souhaite participer également au Trophée Solidaire de la région PACA. Mis en place pour les étudiants engagés dans des projets humanitaires, ce concours amical permettrait à nos deux fins gourmets d’obtenir encore plus de visibilité pour leurs 4 piliers locaux. Souhaitons leur réussite et surtout un « bon » voyage ! ;-)